Association des établissements cantonaux d'assurance (AECA)
#

Buts et activités

Les différents établissements cantonaux d’assurance poursuivent un but commun : la prévention des dommages. Dans le cadre de leurs activités cantonales, ils remplissent les missions-clés de prévention, intervention et assurance, ces domaines formant à eux trois un système de protection d’une solidité incomparable. Les établissements cantonaux d’assurance sont soutenus dans leur tâche par l’Association des établissements cantonaux d’assurance (AECA), un nouvel organe créé en 2016. L’AECA représente ses membres au niveau national et international dans le cadre d’un engagement collégial tourné vers l’avenir.

Des formations reconnues par la Confédération

L’Association des établissements cantonaux d'assurance incendie (AEAI) organise dans les domaines de la protection incendie et de la prévention des dommages éléments naturels divers examens de certification et examens fédéraux. L’offre de formation diversifiée proposée par l’AEAI représente d’une part une opportunité d’acquérir de solides connaissances fondamentales dans des secteurs professionnels passionnants. Les formations de l’AEAI permettent aussi d’autre part d'approfondir et d’élargir les connaissances déjà acquises.

Perfectionnements professionnels

En raison des modes de construction modernes des bâtiments et des nouvelles technologies, la protection incendie est devenue de plus en plus complexe au fil des dernières années. Les exigences imposées aux responsables de la protection incendie ont augmenté en conséquence. Pour pouvoir continuer à garantir la qualité de la protection incendie et l'optimiser en permanence, l'AEAI propose une formation de spécialiste en protection incendie et expert en protection incendie avec brevet fédéral. L’offre est complétée dans le domaine de la prévention des dommages éléments naturels par un certificat AEAI de « spécialiste en protection des bâtiments contre les dangers naturels ».

Une protection incendie efficace

En matière de protection incendie, la Suisse affiche l’un des plus hauts niveaux de sécurité au monde. Après Singapour, elle recense en effet le plus faible taux de décès dans des incendies. Élaborées par l’Association des établissements cantonaux d'assurance incendie, les prescriptions de protection incendie jouent un rôle significatif dans cette position favorable. Grâce à l’exploitation efficace de ces directives par les établissements cantonaux d'assurance, le taux de sinistres s'est vu diminuer de plus de 50 % au cours des 30 dernières années. Or, qui dit faible taux de sinistres, dit primes plus avantageuses.

Une prévention réfléchie contre les dangers naturels

Les dangers naturels tels que la grêle, les tempêtes, les avalanches et les inondations provoquent chaque année des dommages qui se chiffrent en millions. Ces intempéries détruisent des objets personnels précieux et mettent la vie des personnes en danger. Toute activité de construction, qu’il s’agisse d’une construction neuve ou d’une rénovation, offre l’occasion idéale d’augmenter les capacités de résistance d’un bâtiment. En effet, une anticipation dans la planification permet de réaliser une protection de qualité de manière simple et à moindre coût. Les établissements cantonaux d'assurance s’engagent fortement dans la prévention des dommages éléments naturels et ils dispensent des conseils avisés tout en proposant un soutien financier. Les produits de prévention développés en commun, tels que la protection grêle, le répertoire grêle, Alarme-Météo, www.protection-dangers-naturels.ch assurent une protection efficace des bâtiments.

Un modèle basé sur le risque

Pour évaluer les risques, les établissements cantonaux d'assurance (ECA) ont recours aux méthodes et aux instruments les plus avancés. Mais le potentiel de dommages varie considérablement d’un ECA à un autre. Il faut savoir qu’après une catastrophe, les ECA n’ont pas accès aux instruments de recapitalisation. Les ECA ne disposent ni de garanties cantonales de l’État, ni de la possibilité de faire appel à de nouveaux investisseurs ou de recueillir de nouveaux capitaux. Le modèle des ECA doit néanmoins chercher à maintenir constamment la pérennité de son fonctionnement. C'est la raison pour laquelle il a besoin de réserves en conséquence et d’une solution de réassurance bien conçue auprès de l’Union intercantonale de réassurance.

Forts ensemble, au sein de l’Association des établissements cantonaux d'assurance

Afin d'exploiter les synergies générées entre eux, les établissements cantonaux d'assurance (ECA) travaillent de manière solidaire au sein de l’Association des établissements cantonaux d'assurance (AECA). Cet échange permet d’offrir aux clients une prestation optimale à des prix avantageux. Cette collaboration est également le vecteur d’une identité commune. Elle positionne la communauté des ECA sur le marché et renforce ainsi dans la durée le système de « triple protection ». Par ailleurs, l’implication accrue de représentants politiques et d’autres groupes d’intérêt permet de favoriser leur influence au niveau national et international en tant qu’associations de la branche.

Lacune de couverture en cas de tremblement de terre

Les tremblements de terre représentent le danger naturel avec le plus fort potentiel de dommages en Suisse. Il n'est pas possible jusqu’à présent de les prévoir avec certitude et encore moins de les empêcher. La Suisse compte parmi les pays dont l’activité sismique est modérée. Elle présente malgré tout un risque sismique élevé. Cette situation est due à la densité du bâti et à la concentration des valeurs présentant en même temps une vulnérabilité élevée. Seule une solution d'assurance obligatoire au niveau suisse pourrait offrir la meilleure garantie possible pour maîtriser les conséquences d’un tremblement de terre. Il est en effet indispensable de disposer rapidement de moyens financiers suffisants et d’une organisation de traitement des sinistres pour pouvoir démarrer immédiatement les travaux de reconstruction. Grâce à la solidarité à l’échelle suisse et à la participation financière de la Confédération, une couverture pourrait être garantie avec des primes modérées.

Assurance tremblement de terre pour toute la Suisse

Le projet de couverture des dommages sismiques obligatoire dans toute la Suisse n’avance pas beaucoup actuellement. Afin de se préparer au mieux à une éventuelle catastrophe, 17 établissements d’assurance gèrent ensemble depuis de nombreuses années sur une base volontaire le Pool suisse pour la couverture des dommages sismiques (PSDS). Les moyens financiers alloués pourraient couvrir au moins une partie des dommages aux bâtiments dans les cantons touchés. Le PSDS ne remplace pas toutefois une assurance tremblement de terre. Le propriétaire de bâtiment ne paie pas de prime, il n'existe donc aucune garantie de prestation.